Violences faites aux femmes en situation de handicap : que peut-on faire ?

À l’ASPH, nous avons quelques idées pour lutter contre le constat de double discrimination lié au validisme et au sexisme.

D’abord, opérer un changement de point de vue :

  • Se rendre compte des normes validistes et sexistes que la société véhicule
  • Comprendre que ce n’est pas le handicap qui rend une personne vulnérable (financièrement, psychologiquement ou socialement). C’est le manque d’accessibilité, d’exercice des droits, d’information et de soutien qui renforce cette vulnérabilité.

Que faire d’autre ?

  • Favoriser la convergence des combats et des luttes,
  • Favoriser les approches intersectionnelles dans les domaines politique, de la recherche,
  • Rien sur nous sans nous,
  • Augmenter l’accessibilité à l’information et aux infrastructures
  • Former et sensibiliser les professionnels et professionnelles de la santé à ces violences spécifiques, notamment dans l’axe préventif, avec une meilleure écoute et prise en charge.
  • Former et sensibiliser (entre autres) le corps de police aux différents types de handicap.
  • Sensibiliser les femmes et les filles en situation de handicap à la reconnaissance des violences et développer les groupes de parole pour leur permettre de s’exprimer.

Finalement…

  • Le handicap reste un impensé politique : veiller à un engagement politique fort face aux violences faites aux femmes
  • Favoriser la recherche sur les discriminations et les violences faites aux femmes en situation de handicap en Belgique

Femmes en situation de handicap : une double discrimination… Parlons-en autour de nous !

Leur réalité doit être reconnue et leur parole entendue.

Lire l’étude complète sur www.asph.be