Être femme et en situation de handicap, c’est vivre à l’intersection du validisme et du sexisme. À la clé… De multiples violences.

  • “Mon mari me tripote, me viole. Je ne peux rien dire: il dit que je mens. Qui me croirait? ”
  • “Je me suis retrouvée en fauteuil roulant. Quand j’étais seule à l’appartement, il me faisait tourner à toute vitesse et me lançait contre les murs. Ca le faisait beaucoup rire”.
  • “Je suis sourde. J’ai osé dire tout haut mon désespoir, ma révolte. Alors mon mari m’a saisie par la tête, il a serré mon cou, j’étouffais. Il serrait. Il m’a laissée tomber par terre.”
  • « Mon père répétait sans cesse à qui voulait l’entendre (…) que j’aurais mieux fait de crever à la naissance. Les hommes de la famille, cousins, neveux, oncles, frères, me… faisaient l’amour, comme ils disaient. »
  • « Depuis deux ans, ma fille me frappe. Elle cache mes cannes quand elle s’en va, elle m’a pris mon portable. Je suis si seule (…). Ses yeux m’ont fait peur et elle m’a dit «quand est-ce que tu vas crever et me laisser vivre ?! ».

L’ASPH a étudié ces violences faites sur les femmes en situation de handicap.  Comment les expliquer ? Que peut-on faire ? 

Lire l’étude complète sur www.asph.be