L’ASPH existe depuis 100 ans.

Depuis 100 ans, l’ASPH veut l’inclusion des personnes en situation de handicap (PSH) dans la société.

Mais il y a encore beaucoup de choses à faire pour y parvenir.

Il y a encore beaucoup de droits à défendre.

C’est important que des associations comme l’ASPH existent.

Ces ASBL montrent les discriminations, ce qui ne va pas pour l’inclusion des PSH.

Parfois, plusieurs ASBL Handicap se regroupent pour défendre des droits.

Par exemple, le Cawab regroupe beaucoup d’associations de PSH pour l’accessibilité des bâtiments, des transports …

Pour l’ASPH, la solidarité est très importante.

La solidarité, cela veut dire tous ensemble.

Les PSH font partie de la société, comme tout le monde.

Aujourd’hui, la covid-19 a montré que les PSH ne sont pas des citoyennes comme tout le monde.

Les ASBL « handicap » ont rappelé aux ministres, aux politiques que les personnes en situation de handicap faisaient partie de la société et devaient être entendues.

L’ASPH continue de défendre les droits des personnes en situation de handicap.

FNITP – FNPH – FFPH – ASPH …

Aujourd’hui, je perçois de manière confondante que le premier objectif que cherchaient les fondateurs était la Solidarité. Une solidarité engagée, responsable, active, critique et revendicative.

Et cela a payé! Les personnes en situation de handicap et leurs familles ont obtenu, au fur et à mesure, plus de droits ; mais … l’inclusion, encore aujourd’hui, est
loin d’être acquise !

Dans presque tous les domaines, il faut des associations comme l’ASPH, des personnes mobilisées, pour pointer les lacunes, les discriminations …  Mais dans le même temps, ce qui a changé, c’est que nous nous sommes « structurés ». Les revendications groupées, les synergies, les Conseils d’avis qui existent ou que nous
exigeons d’être mis en place, la construction d’ASBL ou d’association rassemblant des objectifs communs (BDF-enjeux européens et internationaux ; CAWAB-collectif accessibilité …) sont autant d’outils qui soutiennent ces enjeux d’inclusion.

Au moment où je rédige cet édito, la crise du Covid 19 nous impacte durement, nous sommes les yeux rivés sur les consignes qui défilent, les infos qui  témoignent de l’ampleur de la situation. Mais pour nous, ASPH, et nos collègues d’autres associations, cet enjeu de solidarité et de « syndicat » reste majeur.

Nous avons suivi avec beaucoup d’attention l’impact de cette crise sur le vécu des personnes en situation de handicap et leurs familles :

  • Aucune traduction simultanée en langues des signes pour les annonces à la population émanant des différents gouvernements fédéral et régionaux.
  • Difficultés dans le suivi des dossiers de demandes d’allocations.
  • « l’enfermement » des personnes en situation de handicap, leur isolement, de même que pour leurs familles.

L’ASPH bouge, contacte, interpelle :

  • cabinets ministériels,
  • presse,
  • Conseil Supérieur National des Personnes handicapées…

Depuis peu, le gouvernement fédéral est en place. Même si le rapport des formateurs a apporté quelques opportunités intéressantes et que le secteur
du handicap dépende enfin d’un ministre, il nous faudra être vigilants lors de l’élaboration des budgets « handicap » et « santé » pour les années qui viennent car il faudra gérer l’après-crise Covid 19 et les dégâts budgétaires qu’elle laissera dans son sillage. Il faudra faire des choix et les défendre !

100 ans après, l’ASPH peut rendre compte à ses fondateurs : nous continuons leur travail  avec conviction et détermination !

Gisèle Marlière – Président

Dans le PDF, les articles sont disponibles en Facile à lire et à Comprendre – FALC.

Lire Handyalogue : L’ASPH a 100 ans ! (PDF -2837 Ko)