Une double discrimination violente

ETUDE | Maï Paulus | 3 décembre 2020

L’ASPH s’est penchée sur les réalités de certaines femmes en situation de handicap. Quand on parle des « personnes en situation de handicap », on parle d’hommes et de femmes, chacun et chacune vivant des réalités bien différentes.

Être femme ET en situation de handicap, c’est subir, entre autres, des oppressions validistes et sexistes, subtilement tissées entre-elles. Cela engendre des discriminations et des violences liées au statut de « femme » ET de « handicapée » aux yeux d’une société pensée par et pour des personnes valides.

Cette société dite « validiste » justifie, souvent inconsciemment, des inégalités sociales, des préjugés et certaines formes spécifiques de violences envers ces femmes. Ces violences sont sous-estimées alors que c’est un phénomène grave avec des conséquences parfois irréversibles.

Dans cette étude, nous parlons de l’importance de l’approche intersectionnelle, conjointe, du sexisme et du validisme omniprésents dans nos sociétés. Nous abordons aussi les différents types de violences engendrées par ces systèmes d’oppression et exercées par l’entourage, les professionnels et la société en général à l’égard des femmes en situation de handicap. Nous détaillons également les obstacles qu’elles rencontrent face à la dénonciation de ces violences et proposons certaines pistes de solutions.

Contacter l’autrice de l’étude :

Maï Paulus  – 02 515 02 69 – mai.paulus@solidaris.be