ASPH | 20 décembre 2014

La littérature de jeunesse peut-elle avoir un impact sur la façon dont les enfants vont peu à peu (se) construire leurs représentations sur le monde et leur place dans la société ? Peut-elle avoir une influence sur leur regard sur l’autre tout en acceptant les différences ? Ou encore la littérature de jeunesse peut-elle enseigner la tolérance et le respect vis-à-vis d’autrui ?

Depuis quelques années, une réelle prise de conscience a été effectuée quant à l’idée que la littérature pour les enfants est bien moins anodine que ce que nous pourrions penser, car un livre est souvent porteur d’un message et de significations, cachées ou non.

La littérature de jeunesse, destinée aux enfants, mais écrite, choisie et élaborée par des adultes, constitue un révélateur majeur des représentations sociales, telles que les adultes souhaitent les délivrer aux enfants. La littérature de jeunesse donne des mots et des images pour penser des questions sociales et de société, des questions morales et éthiques, des questions parfois très sensibles, et ainsi pouvoir en parler entre enfants, ou avec la médiation d’un adulte.

Ainsi, les représentations dans les livres pour enfants ne peuvent être dissociées d’un contexte social et culturel qui les sous-tendent et donc elles sont une manifestation. En effet, l’étude des représentations résigne sur un consensus social concernant les personnages en situation de handicap, aussi les représentations dans la littérature enfantine offrent-elles des indices concernant la position d’une société vis-à-vis des personnes handicapées et de leurs proches ?