ASPH | 17 décembre 2009

Grâce aux aides individuelles et aux services conseils ?

Un des objectifs de notre Association est de défendre les droits des personnes handicapées et atteintes de maladies graves, chroniques et invalidantes (adultes et enfants) et cette mission comprend notamment en premier lieu le fait de leur répondre et de les informer le plus précisément possible sur leurs droits mais en second lieu la nécessaire réflexion critique des dispositifs existants au regard des besoins exprimés. Notre Association est confrontée régulièrement à des demandes émanant des personnes handicapées et malades, parents ou proches de personnes handicapées et malades, de professionnels concernant le maintien à domicile.

Les questions qui nous sont posées sont très diversifiées et vont d’une demande relative aux aides existantes en régions à des plaintes relatives aux matériels délivrés et non adaptés, aux recours possibles aux besoins non rencontrés…

Un des constats que nous faisons régulièrement est le manque de connaissance des personnes handicapées et atteintes de maladies graves concernant leurs droits, et ce malgré les informations diffusées par le SPF SS, l’Awiph, les Associations de personnes handicapées…

Nous avons été également confrontés à plusieurs reprises à des personnes handicapées qui n’étaient pas satisfaites du matériel acquis. Ce genre de situation est tout à fait déplorable et inacceptable car le matériel sensé permettre à la personne de maintenir son autonomie ne voit aucune amélioration de son quotidien. Notre rôle politique trouve ici sa place.

Il semble que les personnes handicapées sont peu ou pas ou mal conseillées. Donc, toute l’importance d’avoir recours à un service d’étude qui peut prodiguer gratuitement des conseils.

C’est pour ces différentes raisons que notre Association a élaboré une enquête en vue d’évaluer la pertinence des aides matérielles sur l’autonomie de la personne handicapée ainsi que des services conseils. Les aides matérielles acquises permettent elles réellement aux personnes de garder leurs autonomies et améliorer leur situation au quotidien ? Quels sont les besoins non rencontrés ?