ASPH |  21 décembre 2008

Lorsqu’une asbl comme l’ASPH représente plus de 50.000 personnes handicapées, malades chroniques, quel que soit l’âge, le sexe, l’appartenance  philosophique ou mutuelliste, et qu’elle assume un rôle politique de défense et de revendications, il est cohérent que celui-ci repose sur des constats, des interpellations, des réflexions et débats, etc.

Le nombre de domaines concernés est très étendu puisque, naturellement, la santé, les revenus, le professionnel, l’éducation, les loisirs, les déplacements, l’affectivité, la sexualité, la parentalité, le logement,… font partie du contexte de vie des personnes handicapées. Mais parce que la difficulté d’y accéder est démultipliée lorsque l’on est handicapé ou malade chronique, il est capital de bien établir les constats, cerner les enjeux et identifier les objectifs à atteindre.
Les évolutions économiques, sociales, politiques exigent que ce travail de connaissance de la population que l’on défend se situe dans un processus continu afin que l’adéquation réalités/revendications soit la plus correcte possible.

Il convient enfin de diversifier les outils qui permettent ce travail et de veiller à ce qu’ils soient complémentaires. Des groupes de personnes handicapées de réflexion, d’actions travaillent régulièrement sur le terrain et alimentent le rôle politique de l’ASPH. Mais entamer une démarche plus technique d’approche que représente une étude, notamment sur base d’enquêtes, est apparu comme une approche complémentaire et certainement pertinente. D’autant qu’il est envisagé de systématiser ce processus à l’avenir, processus qui va s’inscrire dans un pôle bien défini : l’Observatoire ASPH de la Personne Handicapée.

Il y a nulle prétention d’être totalement exhaustif mais d’approcher au plus près des difficultés vécues par le public de l’ASPH.