Mélanie De Schepper | 2018

En Belgique, des milliers de personnes souffrent chaque jour sans « signe extérieur » visible et reconnu. Les personnes en situation de handicap sont souvent victimes de représentations, de préjugés, de stigmates. Tout citoyen, de par son vécu, ses expériences vont se représenter ce qu’est, pour lui, le handicap. Ainsi, nous nous figurons souvent une personne en situation de handicap selon une vision très fermée ; celle d’une personne à mobilité réduite, d’une personne aveugle, d’une personne ayant une trisomie 21… Mais au sein de notre société, il est des personnes qui ne rentrent pas dans ces cases. Que se passe-t-il alors pour elles ? Pour celles qui ne collent pas à ces stéréotypes ? Qui ne correspondent pas aux images véhiculées ?  Si la société ne perçoit pas les difficultés de ces personnes, comment peut-elle les reconnaître ? Et si elle ne reconnaît pas ces difficultés, quelles aides officielles et quelles adaptations leur apportera-t-elle ? Afin de comprendre ces situations, l’ASPH souhaite à travers cette analyse mettre en lumière ces handicaps dits « invisibles », trop souvent oubliés, méconnus, voire gommés.