ASPH |  2008

« L’arrivée en institution peut-être envisagée comme l’équivalent d’une entrée en monastère, car elle s’accompagne également d’un abandon, partiel ou total, des propriétés terrestres, qui s’apparente à un dépouillement matériel. » (H. Thomas)
Vivre au sein d’une institution pour personnes handicapées ne doit pas priver la personne handicapée de pouvoir faire des choix et d’avoir un espace de liberté, de pouvoir jouir d’une certaine intimité.
Si l’on parle de la vie privée, pour être précis il faut plutôt parler  » du droit à l’intimité de la vie privée », cette notion faisant partie des droits civils.
L’intimité qu’est ce que c’est?