ASPH |  2008

Lorsque l’on aborde la problématique des besoins de prises en charge et d’accompagnement(s) des personnes handicapées, jeunes et/ou adultes, on se trouve confronté quasi toujours à une attitude de méfiance et de suspicion : les interpellations associatives et/ou individuelles sont considérées comme alarmistes, exagérées, donc peu crédibles.
Il faut malheureusement des situations douloureuses, dramatiques, relayées par les médias pour que les politiques s’en inquiètent.