2019 : Le consentement

Peut-on encore parler de libre choix ?

 

Consentir. Autoriser. Permettre. Donner son accord. Choisir. Décider. Voici autant de verbes d’action qui définissent le consentement sans pour autant en assurer l’application, dans les faits.

 
Consentir, c’est poser un choix libre et éclairé. « Par « libre », il faut entendre, dans la tradition de la liberté négative, un accord souscrit en l’absence de contrainte physique (violence, coercition…) ou psychologique (manipulation, séduction, supercherie…). « Éclairé » renvoie ici à un acte réfléchi et intentionnel …  »


Consentir, c’est pouvoir être en maîtrise de sa vie en tant qu’individu ; en maîtrise de sa vie professionnelle, de ses données personnelles, des soins de santé, des relations établies, des rapports à l’autre, des rapports à notre corps et à notre intégrité. Quel que soit le domaine de vie, le consentement fait partie intégrante de notre quotidien. Consentir c’est aussi, au travers des choix formulés, se positionner comme une personne singulière au sein d’une société où se différencier en respectant ses valeurs devient primordial, ces dernières étant de plus en plus mises à mal dans cette société stigmatisante.

 

Lire la suite de l'analyse : Le consentement : Peut-on encore parler de choix libre ? (en PDF)