2016 : De l'importance de la triangulation...

des partenaires institutionnels dans les questions de vie relationnelle, affective et sexuelle chez les personnes en situation de handicap.

 
La question de la vie relationnelle, affective et sexuelle est abordée depuis plusieurs années maintenant dans les institutions. Cette évolution des réflexions reste toutefois récente. Face à la complexité de ces situations, les professionnels ont par le passé souvent trouvé refuge dans des positions de déni où les demandes étaient relayées, les faits ignorés et l’ensemble du vécu sexuel mis entre parenthèses. Les réalités de terrain prenant le dessus et les pressions commençant à émerger, les institutions n’ont eu d’autres choix que de sortir de leur cage aux barrières « éthiques » pour s’arrêter sur les demandes formulées.

Dans ces nouvelles positions tenues, chaque partenaire du réseau s’interroge sur la responsabilité de chacun.
Qui a le droit d’intervenir dans ces questions de vie relationnelle, affective et sexuelle?
A quel moment est-ce le plus opportun de le faire ?
Comment devenir acteur d’un tel projet sans entraver l’intimité et surtout la liberté de chacun ?
De multiples questions qui peuvent mettre mal à l’aise dans des pratiques de terrain.
Le colloque organisé le jeudi 08 septembre 2016 par l’asbl Horizon 2000 ayant pour thème « La sexualité et la Loi … quoi de neuf dans les institutions » ainsi que la conférence « Vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap: mythe ou réalité? » donnée par Marcel Nuss  le 20 avril 2016 ont tenté d’y répondre.
 
 
 
Consulter nos brochures sur le sujet :