2016 : N’existe-t-il que des réponses pharmacologiques ?

N’existe-t-il que des réponses pharmacologiques aujourd’hui ? Le cas des enfants avec des troubles d’attention.


En 2012, une analyse de l’ASPH traitait de la problématique autour des troubles d’attention et de la problématique posée par la Rilatine. Dans le cadre de son projet d’entreprise de promotion de la santé autour des médicaments, l’ASPH s’intéresse donc aux réponses médicamenteuses proposées aux enfants ou adultes avec des troubles de l’attention ou des troubles de type « dys ».

Il y a un demi-siècle, ces troubles n’existaient même pas…ou en tout cas, ne faisaient pas l’objet de médiatisation, de réorientation, de médicalisation. En effet, de plus en plus souvent,  des enfants sont « diagnostiqués » atteint d’un trouble de l’attention. Si dans de nombreux cas, il reste au sein de sa classe, dans d’autres il se retrouve muter dans d’autres classes, dans une autre école ou carrément réorienté en type 8. Cette analyse tente d’aider les parents, de les informer sur ces médications sachant que, souvent, ceux-ci reçoivent des pressions de la part des professeurs ou des professionnels.