Accessibilite des lignes TEC ordinaires

En 2004, les TEC se sont dotés de nouveaux bus. Dans l’absolu, ces nouveaux bus doivent permettre  aux personnes en chaise ou PMR de prendre les transports en commun plus aisément.

Dotés de rampe – manuelle ou automatique, de signal sonore audible (ou visible)  par tous  marquant les arrêts,  de  plateforme plus spacieuse,  de sièges dédicacés  aux  PMR…   Mais l’accessibilité est bien plus complexe.

Au-delà du bus, il faut également que les arrêts et les quais soient adaptés aux PMR.

A l'expertise

Les personnes handicapées demandent plus d’accessibilité aux transports en commun : les bus mais également les abords des arrêts.
 
C’est pourquoi le TEC collabore avec le CAWaB depuis la signature d’une convention le 11 octobre 2013. Un comité de pilotage, constitué de divers représentants du CAWaB et de la SRWT - Société régionale wallonne du transport- et des différents TEC (Liège- Verviers, Namur-Luxembourg, Charleroi, Hainaut et Brabant Wallon), a été mis en place.
 
Une première rencontre a été organisée au siège de la SRWT à Jambes le 8 novembre 2013. Celle-ci avait entre autres pour objectif d’établir une planification concrète des événements à venir.
 

Expertises

L’ASPH partie prenante du projet, a déjà pu expertiser depuis début 2015, avec la collaboration de l’asbl Gammah, différentes lignes à Charleroi, Namur, La Louvière, à Mons, à Tournai et Mouscron en présence du bureau d’étude de la SRWT ainsi que la direction des TEC concernés.
 
En présence de personnes handicapées, chaque arrêt est analysé en profondeur : degré de pente de la rampe d’accès, espace libre disponible sur le trottoir, aménagement de la voirie avec dalles podotactiles et/ou traversées piétonnes accessibles. Le tout, photos à l’appui.
 
A ce jour, de nombreux arrêts ne rencontrent pas les normes suffisantes. Il faudra donc envisager des aménagements de voirie ou de trottoir en concertation avec la SRWT ou les communes à plus ou moins long terme.
 
Les derniers relevés, effectués sur le territoire des TEC Liège - Verviers, apportent beaucoup de satisfaction. La plus part des arrêts se retrouve au centre de milieu urbain où les arrêts ont été aménagés ultérieurement lors de rénovation. Il faut savoir que sur les 186 lignes à auditer sur une période de 3 ans, plus de la moitié est sur ce territoire. Ainsi, sur les 3 lignes de bus parcourues (lignes 10,27 et 29) plus de 65 % des arrêts sont « praticables » (ce qui signifie que la PMR peut accéder au bus moyennant un coup de main) ou « accessibles » en toute autonomie.
 

Concertation

En concertation avec la SRWT et les TEC, chacun des arrêts est qualifié accessible, praticable ou impraticable. Après quelques lignes expertisées, une réunion de concertation est mise en place entre les 3 parties afin de valider les propositions d’aménagements, modifications à apporter sur l’un ou l’autre arrêt pour le rendre praticable ou accessible.
 
Chacune des lignes PMR admises est identifiable grâce à l’apposition d’un pictogramme accessible ou praticable sur le poteau de l’arrêt.
 
Vous souhaitez vous investir dans l’un ou l’autre poste : prise de notes, reporter photo, prises de mesures, tester la rampe ou les dalles podotactiles, rejoignez une de nos régionales ASPH active sur le terrain.
 
Mais comment les distinguer sur le terrain ? Dans quelques semaines, différents arrêts de bus seront équipés d’un pictogramme afin de renseigner le niveau d’accessibilité. Ces pictogrammes seront apposés directement sur la plaque d’arrêt des lignes de bus utilisables par les chaisards.
Ce travail d’analyse est toujours en cours et demande un suivi régulier entre les responsables des TEC, la SRWT et les associations sur le terrain. L’ASPH ne manquera pas de vous informer de l’état d’avancement du projet.
 
 

Contact

Christine Bourdeauducq
Tél. 02/515 06 07
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
A noter
La Wallonie compte quelque 37.000 arrêts de bus, les adapter tous prendra un peu de temps !