Les aidants proches

Qu'est-ce qu'un aidant-proche ? 

Il existe différents décrets  wallons, flamands et des arrêtés royaux  évoquant l’entourage qui apporte l’aide à une personne en déficit d’autonomie sous différentes terminologies mais sans en définiti réeellement le rôle. 

Les réaliéts sont tellement variées qu’il est difficile d’en donner une définition qui recouvre toutes les situations. Cependant, il en existe plusieurs  :

L’ASBL aidant-proche 

Cette asbl propose une définition incluant deux volets , l’un juridique et l’autre plus sociétal.

Dans la dimension juridique :

« l’aidant-proche est la personne de l’entourage qui, à titre non professionnel et avec le concours d’intervenants professionnels, assure un soutien et une aide continue et/ou régulière à une personne en situation de grande dépendance définie par AR, à domicile et tenant compte de son projet de vie», tandis que la dimension sociétale de la dimension explique qu’est « aidant-proche toute personne qui apporte son aide à un proche en déficit d’autonomie. Cette aide répond à des besoins particuliers et est accomplie, en dehors de celle réalisée dans le cadre d’une rémunération professionnelle ou de volontariat défini par la loi du 3/7/2005 » .

 

Le Conseil Supérieur National de la Personne Handicapée  (CSNPH) :

"Est donc considéré comme aidant-proche « toute personne qui, à partir d’un lien social ou émotionnel, dispense dans la vie quotidienne une aide et une assistance non professionnelle, mais plus qu’occasionnelle, à une ou plusieurs personne de l’entourage dont l’autonomie est réduite ».  Ce que nous retrouvons dans ces différentes définitions, c’est la notion de proximité et celle de perte ou déficit d’autonomie. "

 

Concrètement

L’aidant-proche peut être une personne retraitée/prépensionnée/pensionnée qui ne travaille plus et qui apporte aide et soutien à une personne de son entourage. 

Il peut également s’agir d’une personne hors du marché du travail pour diverses raisons ou encore une personne active.  Dans cette dernière catégorie, les aidants-proches ont parfois dû soit quitter leur travail soit réduire leur temps de travail pour s’occuper d’un proche.

 

Pour l'ASPH, comme pour d'autre, il est vite apparu qu'il fallait reconnaître ce statut.

 

En savoir plus:

Lire notre étude sur le sujet :

La reconnaissance du statut d'aidant-proche : évolution ou régression